Documentário : Natyvel Pontalier, sur la trace des chooses cachées | Gabonreview.com

Entre quête de soi et devoir d’histoire, le documentaire «Sur le fil du zénith» de Natyvel Pontalier, Belge d’origine gabonaise, plonge au cœur d’une cérémonie d’initiation censée des lui bre ponseser auxre questions se pose, notamment sur les croyances de sa famille et celles de son peuple : les fangs.

Natyvel Pontalier. © Fipadoc 2022

Natyvel Pontalier connaît l’histoire de son pays qui va de 1472 avec l’arrivée des Portugais au Gabon à la déclaration de l’Indépendance en 1960, en passant par la sign du traité entre Bouët-Willaumez et le roi Denis et de le l ‘evangélisation avec Monseigneur Bessieux em 1842. Les livres d’histoire ne lui apprennent pourtant pas grand-chose de ce qu’elle veut savoir. «Avant ces date, rien n’existe»explique-t-elle dans «Sur le fil du zénith».

Présenté au Fipadoc à Biarritz (France), ce documentaire de 55 minutes, sorti en 2021, apparaît donc comme une tentative de resposta à la principale question que son auteure belge d’origine gabonise se pose : «Qui étions-nous avant qu’on nous découvre ?»

Sa quête, Natyvel Pontalier choisit de la faire du côté des ancêtres du peuple fang auquel elle appartient. Quoi de mieux qu’une ceremonie initiatique pour se reconnecter avec l’esprit des défunts ? D’autant que pour elle, la perte des reliques, le Byeri en l’occurrence, um favorito la perte des croyances de son peuple soumis à la puissance du Christianisme promu par les colons.

«Pontaliercurrículo no site Lepolyster.com, enquête sur la mémoire familiale et la mémoire des siens, démarche qui passe par une réappropriation du récit ». Et cette réappropriation du récit, l’auteure l’assume en assurant elle-même la voix-off du documentaire. «[Pour] évoquer l’Histoire de mon peuple avant la colonization autrement qu’à travers les livres ethnologiques ou les histoires de colons, je ne pouvais le faire que par la parole. Par ma voix-off, je prends le relais pour transmettre l’histoire avec les questionnements inhérents à mon époque et mon statut de membre de « la diáspora »»justifique-t-elle.

See also  Svetlana Tikanovskaya: "Sinto-me segura na União Europeia"

Tout sur la scène du rituel

« Sur le fil du zénith », une scène du documentaire. © Fipadoc 2022

«J’avais l’idée dans un premier temps de filmer un temple avec des rituels syncrétiques, j’avais envie de montrer comment les symboles du christianisme et de la tradição s’entremêlent. Je cherchais à filmr une veillée de ceremonie com cette idée de balise. Appartenant a un réseau d’initiés, ma mère spirituelle m’a recommandée a un temple et nous y sommes allés sans repérage.

Nous avons filmé de 23 a 4h du matin sans savoir vraiment ce qui allait en sortir ; on s’attendait à ce qu’il y ait un esprit qui se manifeste, mais rien n’était sûr. Nous avons filmé de manière frénétique, comme si nous étions nous-mêmes en transe avec ces danses et ces musiques qui tournaient en boucle. Il n’y avait pas vraiment de début ou de fin, pas un moment clímax prévu a un instant T de la ceremonie.

Quand l’esprit est apparu, nous filmions ailleurs à vrai dire, il nous a fallu un moment avant de nous rendre compte qu’il se passait quelque escolheu. Nous avons simplement accueilli ce moment, en filmant ce personnage/esprit qui revenait de l’au-delà pour se manifester dans le film.”

You May Also Like

About the Author: Aldina Antunes

"Praticante de tv incurável. Estudioso da cultura pop. Pioneiro de viagens dedicado. Viciado em álcool. Jogador."

Leave a Reply

Your email address will not be published.