Crítica : A crianca – Cineuropa

– Marguerite de Hillerin e Félix Dutilloy-Liégeois abortam esta ficção em trajes sobre a complexidade das emoções humanas com uma consideração contemporânea

Loïc Corbery e João Arrais dans A crianca

Le premier long-métrage de Margarida de Hillerin et Félix Dutilloy-Liégeois, A crianca [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Félix Dutilloy-Liégeois et…
fiche film
]
est librement inspiré du conte L’enfant trouvé de Heinrich von Kleist. Le film, qui suit João Arrais dans le rôle de Bela, un orphelin adopté par un couple d’aristocrates franco-portugais, se concentre principalement sur les différentes relationships de ce personnage : avec ses pais adoptifs, ses amis, son les amoureuses et qui travaillent pour lui et sa famille. Il dépeint les mouvements cinématographiques, avant tout émotionnels et psychologiques, de l’histoire d’un jeune garçon qui semble être à la fois dans un grand moment d’auto-découverte et l’épicentre des segure. Ces mouvements ne font qu’aller plus en profondeur quand le dveloppement que vont avoir d’autres personnages est égallement révélé : si on ose à comparer l’approche d’un film to une orange ou’ un o’onestle qu justifié dans le cas de ce filme. À medida que se aproxima de tous ces gens, on comprend de mieux en mieux leurs histoires singulières, dans toute leur complexité, ainsi que ce qui se trouve sous la surface.

(L’article continue plus bas – Inf. publicitaire)

A criancaselecionado à Roterdã dans le cadre de la compétition Tiger, se passe na campanha portuguesa no século XVI, em une époque ouù les tradições religiosas conservadoras du pays étaient dominantes. Et pourtant, on est frappé par l’aspect contemporain du film. Debarrasse de toutes les redondantes enjolivures que contiennent si souvent ce gênero de filmes históricos (no tel point que désormais, on les atende) e que en font parfois des caricatures lestées par la théâtralité exagesrée, photography le lecorés de lecorés, ce long-métrage nous permet de vraiment établir un lien avec ses personnages, brillamment interprétés par tous les comédiens. Ainsi, on appréhende le contexte historique et social du film de manière plus naturelle, plus familière, tout en appréciant aussi les atours très joliment conçus que porte chaque personnage. La démarche des auteurs évite aussi d’adopter un concern typiquement hétéronormatif et monogame. Les Parents Adoptifs de Bela ont une relationship polyamureuse : le père de Bela a ouvertement une liaison avec son ami Jacques et sa mère est émotionnellement subuguée par un fantôme du passé. Le fait que le personnage principal soit un garçon cis dont le nom est calqué sur le féminin du mot portugais pour “beau” peut être vu comme un petit detail supplémentaire qui s’ajoute (même si c’est très leette) -conformiste des plus plaisantes.

See also  Primeiras sextas-feiras: O evento gourmet estará de volta em breve em Montreal com seus quiosques e food trucks!

On peut aussi sentir dans ce film une compreensão profunda de la manière dont les espaces, les lumières et la photography peuvent inévitablement enriquecer un filme. Chaque frontière physique é cobrado de um sentimento de separação entre ce que é idealizado e inconnuo e que é “vrai” e descoberto. Même si la paleta de certos extérieurs diurnes semble manquer un peu de tendresse et de chaleur, la nuit, on a devant les yeux des images esthétiquement siderantes. Le réseau des intrigas devient de plus en plus enchevêtré au fil du film et grâce à un montage propre et bien conçu, celui-ci parvient non seulement à montrer comment se forment ces noeuds compiiqués, mais aussi point à treigner soul , peut parfois se décrire exactement comme cela : comme un mélange d’émotions constantes.

Dans le paradis isolé où se passe le film, les réalisateurs se rapprochent petit à petit, avec la lenteur qui sied, de leurs personnages, de manière à composer un portrait Inattendu, troublant, très beilled, l’et’au : ‘amour, mais aussi du malentendu, du chagrin, du deuil et surtout de la tragédie, qui semble prévaloir, comme inévitablement. Il ne saurait y avoir de dénouement heureux dans ce film (ou dans la vie), juste un flux humain, sublime, de rencontres et de momentos où l’on apprend à exister, pour le meilleur et pour le pire.

A crianca a été produit par Leopardo Filmes em coprodução avec Alfama Filmes et avec le soutien financier de l’ICAdu Ministère de la Culture portugais et de la RTP.

(L’article continue plus bas – Inf. publicitaire)

(Traduit de l’anglais)

See also  O jogador de futebol mais estiloso

You May Also Like

About the Author: Aldina Antunes

"Praticante de tv incurável. Estudioso da cultura pop. Pioneiro de viagens dedicado. Viciado em álcool. Jogador."

Leave a Reply

Your email address will not be published.